Gerhard Schubert GmbH

Finie la science-fiction

Les ordinateurs et les robots sont de plus en plus intelligents. Les robots industriels sans zone de sécurité, appelés Cobots, peuvent prendre en charge des tâches simples. Il n’est donc pas étonnant que Schubert travaille déjà au premier « Cobot » de l’entreprise. En tant que pionnier de la robotique dans l’industrie de l’emballage, l’entreprise a construit dès 1981 le premier robot d’emballage au monde. À ce jour, Schubert utilise exclusivement ses propres robots dans ses machines TLM.

Un Cobot à lui seul ne résout pas de problème d’emballage. Les robots collaboratifs disponibles sur le marché chez Universal, Kuka, Fanuc, ABB et d’autres fabricants de robots ne sont pas adaptés à de nombreuses tâches d’emballage. Beaucoup sont trop lents et ne peuvent plus être arrêtés en toute sécurité à des vitesses assez élevées et lorsqu’une personne les touche. Pas de problème pour Schubert, car l’entreprise a toujours développé ce qu’on ne trouve pas sur le marché. « Nous aimons sortir des sentiers battus et suivre notre propre voie. C’est pourquoi nous travaillons actuellement à notre premier Cobot, baptisé tog.519 », explique Ralf Schubert, Directeur général associé de Gerhard Schubert GmbH. Le tog.519 est approprié pour les tâches de pick and place et pour la séparation de produits de faible poids.

Une tâche typique est, par exemple, l’insertion de sachets dans la chaîne d’une étuyeuse existante. Cette fonction nécessite sinon une ou deux personnes qui sortent les sachets d’un carton et les placent dans la chaîne. Le tog.519 détecte les sachets, même s’ils sont superposés, et identifie les pas de chaîne dans lesquels il doit les déposer.

Le Cobot de Schubert est rapide et n’a pas besoin de portes de sécurité. Il ralentit à l’approche des personnes et s’immobilise en toute sécurité avant d’être touché par des personnes. De ce fait, il s’agit en fait d’un robot coopératif et non d’un robot collaboratif.

Les spécialistes de Schubert travaillent à un Cobot propre à Schubert baptisé tog.519. De gauche à droite : Daniel Greb, Volker Haaf, Achraf Ben Salem.

tog.519 en mode de test

Le tog.519 sera mis en œuvre chez certains clients pour des tests fin 2019. « L’avantage décisif pour nos clients est que le robot coopératif est facile à mettre en service », explique Ralf Schubert. « Nous fournissons tous les composants du système de Cobot complet : un petit conteneur, une bande d’alimentation et le robot coopératif. Grâce à une application spéciale, notre client peut mettre le Cobot en service lui-même sans programmation. »

« Nous présenterons notre Cobot pour la première fois au salon interpack 2021 », annonce Ralf Schubert. Le tog.519 pourra être suivi par d’autres robots collaboratifs ou coopératifs, par exemple des modèles pour des poids plus élevés et peut-être aussi pour le chargement automatique de découpes dans les magasins.

Ralf Schubert en est certain : « Nos togs sont de plus en plus intelligents. Ce n’est donc peut-être qu’une question de temps avant que les Cobots intelligents ne soient capables de s’entraîner de manière autonome aux tâches d’emballage. »

Caractéristiques du tog.519:

  • Système complet avec une commande pour robot, traitement d’images et périphérie (p. ex. bandes d’alimentation).
  • Cadence : 80 cycles par minute
  • Poids des produits inférieur à 700 g
  • 5 axes CN, servovariateurs décentralisés
  • Caméras intégrées dans le robot pour le traitement d’images
  • Pas de programmation du traitement d’images, apprentissage par intelligence artificielle
  • Préhension possible dans un carton
  • Encombrement réduit et positionnement simple dans l’environnement de production
  • Programmation simple et mise en service du robot et de la périphérie réalisable par le client final
  • Prix du système de Cobot complet un peu inférieur à 90 000 €
  • Connectivité au cloud possible

Fonctions typiques :

  • Redressement de bouteilles et insertion dans des godets
  • Mise en boîte de produits
  • Dépilage de barquettes
  • Insertion de sachets dans la chaîne d’une étuyeuse
  • Séparation de pièces, p. ex. bouchons ou pompes de bouteilles de shampoing
  • Correction de la position et de l’orientation des produits
  • Surveillance de la qualité et éjection des produits incorrects
  • Tâches de transfert simples